Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La Gazette Paroles en Scène

Leçon de talent et régal de spectateur...

17/12/2012 20:13:22
Traviata et nous, de Philippe Béziat, 2012
avec Jean-François Sivadier, Louis Langrée, 
Natalie Dessay, Ludovic Tézier

Traviata et nous est un cadeau offert aux amoureux de l'opéra et du spectacle vivant.
Un cadeau offert avec simplicité par de très grands artistes, qui dévoilent pour nous l'intimité de la création.
Le documentaire de Philippe Béziat suit, au fil des deux mois de répétitions, le travail de Jean-François Sivadier, qui met en scène l'opéra de Verdi à Aix-en-Provence en 2011, avec Natalie Dessay dans le rôle titre.

Ce que révèle parfaitement le documentaire, en laissant intactes de longues séquences d'essais, de tâtonnements successifs, de blocages parfois, c'est combien la mise en scène est une recherche. Une quête pour trouver l'alchimie parfaite entre la voix, le geste, l'expression... qui traduira au mieux ce que le metteur en scène et l'interprète veulent mettre en lumière. Un travail humble et sensible, mis au service de l'œuvre et du spectateur.
On comprend aussi, en voyant évoluer Natalie Dessay, combien le travail de comédien est une mise à nu. Un exercice qui, même pour une artiste si expressive, se révèle parfois difficile. Habiter les silences, ces temps d'expression muets qui font aussi la puissance du théâtre, c'est en quelque sorte s'abandonner au personnage et parler avec le corps. Or l'interprète lyrique est aussi tendu vers la performance qu'il accomplit, à la fois exposé par cette virtuosité qui est un risque, et protégé par elle puisqu'elle irradie la scène de son éclat. C'est cette impossible conciliation de l'éblouissement du chant et de l'intimité subtile du jeu que demande Jean-François Sivadier à Natalie Dessay ; et c'est ce miracle qu'elle accomplit. Un miracle dont le spectateur connaît maintenant le prix. Dans le décalage entre les instants de doute, d'expression anxieuse d'une difficulté, et le résultat magnifique de la représentation, se donne à voir toute la générosité des artistes, et l'ampleur du risque qui, à chaque fois, accompagne le projet d'une création artistique.
On est frappé de la délicatesse de Jean-François Sivadier avec ses interprètes, qu'il entraîne et accompagne dans sa recherche ; de la subtile précision du travail de Louis Langrée, de la puissance interprétative et de l'humilité de Natalie Dessay. Ce film est un rare privilège et une grande émotion, dont le spectateur sort avec un sentiment d'admiration, d'enchantement et de gratitude.

Publié par Véronique Sternberg •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





© Paroles en Scène 2012