Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
 

Paroles de spectateurs

Textes issus des ateliers d'écriture Impressions de théâtre

Réunis autour d'un café, quelques spectateurs échangent leurs impressions sur la représentation qu'ils ont vue quelques jours plus tôt. Ils partagent leurs regards, leurs analyses, leurs questionnements, leur enthousiasme ou leur perplexité…

De ces échanges artistiques et intellectuels naissent des mots, des formules, des textes de forme libre que nous vous proposons de découvrir ici.



 

Une parcelle de philosophie

28/05/2017 12:42:11

Je ne suis pas une libellule

Flannan Obé et Yves Meierhans

CDBM (Le Perreux) avril 2017

 

Ce spectacle, qui est une fenêtre sur le parcours d’un artiste qui voulait l’être dès sont plus jeune âge, a été fort intéressant. Durant le spectacle, différents aspects de la vie ont été mis en avant, ils nous ont fait voyager à travers le temps. Deux parties de ce spectacle m’ont interpellées plus que les autres.

La première c’est quand il dit que s’il était une fille il marcherait avec fierté, qu’il ne cacherait pas son corps. Cette partie m’a vraiment intriguée, car c’est vrai que la plupart des adolescentes et des jeunes filles, ou femmes, se cachent, courbent le dos, rasent les murs, ne profitent pas réellement de la vie, surtout à l’adolescence car on commence à prendre conscience du regard des autres et avoir peur de se regard, mais comme il le dit il faut ignorer tout ça et profiter du présent.

Et la deuxième partie qui m’a intriguée c’est celle où il parle de déguisement et de masque constant que les gens portent en présence d’autrui. Ce fait, certaines personnes préfèrent l’ignorer ou dire que c’est faux, mais l’homme a beaucoup de masques tous différents, car l’homme utilise ces masques pour diverses raisons : pour sociabiliser, pour se jouer d’autrui, pour protéger autrui, ou pour ne pas exposer ses problèmes. Il a raison, tout le monde a quelque chose à cacher, même si ce n’est pas quelque chose de mauvais mais des fois on a peur de faire confiance, et je trouve que tout cela a bien été illustré.

Ce spectacle était une parcelle de philosophie de la vie et des différents obstacles, des différentes peurs, et des différents succès qu’on peut découvrir chaque jour de notre vie.

Publié par Célia Bunet – ATE...     



© Paroles en Scène 2012